top of page

Hammerstatt le hameau disparu entre Blodelsheim et Rumersheim-le-Haut

Hammerstatt est cité dès 730 dans les chroniques.

Un plan des ADHR de 1762 nous montre Hammerstatt tel qu'il fut trois décennies avant sa disparition.

Hammerstatt, village disparu en 1796, aura perduré plus de 1000 ans, son ban communal fut intégré à celui de Rumersheim-le-Haut. Il ne subsiste aujourd'hui qu'un calvaire à l'ouest de la RD468 qui rappelle ce village.

Au XVe siècle Hammerstatt eut sa paroisse, sont église fut dédiée à St Éloi et fut desservie par un recteur et un vicaire.

Complément sur Hammerstatt parut dans l’annuaire de la Société d’Histoire Hardt-RIED N° 20 en lien avec les fouilles qui furent effectuées en 1985

 

                                          

Hammerstatt, en traduction : lieu du marteau, a vécu en gros mille ans. Première mention en 730, dernière sous la révolution française avec la destruction par incendie de la ferme le << Hammerstatter-Hof >>

 

Au bord de la route du Rhin entre Rumersheim le Haut et Blodelsheim, la chaussée épouse le tracé aussi bien de l’ancienne route royale reliant entre elles les forteresses du Rhin que de l’antique voie romaine. Un calvaire érigé en 1860 par la famille << THUET >> évoque le village disparu qui était le berceau de la dite famille.

C’est en 1985 qu’est découvert une troisième nécropole mérovingienne et mise à jour à Rumersheim le Haut sur l’ancien territoire du dit lieu. Non loin du calvaire en question, et pour plus de précision, en direction Nord-Ouest du calvaire, entre le CD 468 et la forêt de la Harth est situé c’est ancienne nécropole.

C’est grâce à Charles REITHINGER originaire de Rumersheim le Haut, historien, qui était très intéressé par les anciennes bornes qu’il recensait pour le compte de l’inventaire régional des bornes anciennes. A force de sillonner les chemins ruraux agraires, il connaît bien les moindres parcelles, ainsi avait-il conseillé à son ami Eugène KIEFFER de labourer son champ plus profond, histoire de voir… !

 

 Mais il savait surtout que le ban communal recelait d’anciens cimetières, à plus forte raison, des tombes avaient déjà été découvertes.

Vu la sagacité d’un agriculteur de Rumersheim, Eugène KIEFFER féru également d’archéologie, avait des doutes que sur une de ses propriétés situées sur l’ancien ban de Hammerstatt, un champ de maïs, qu’il y a des traces d’anciennes de genre de fondation.

Charles REITHINGER, féru d’histoire sur sa localité s’est donc entendu avec son ami, le dit agriculteur, de l’avertir dès que le socle de charrue heurterait quelque chose d’insolite. Cela se produisit en ce mois d’avril de 1985, la semaine avant Pâques.

 

 Eugène KIEFFER laboura son champ plus profond que habituellement et sa charrue buta effectivement contre des massifs de pierres. Les deux amis placèrent des repères et  Charles alerta Monsieur Roger SCHWEITZER archéologue et conservateur adjoint du Musée historique de Mulhouse, plus particulièrement chargé de la section archéologie et responsable de nombreuses fouilles entreprises dans la région.

Le jeudi saint l’équipe SCHWEITZER, Roger son épouse et son fils Joël diplômé d’archéologie, leurs amis et plusieurs bénévoles de Rumersheim dégagèrent ainsi des tombes.

 

 Des tombes à cistes c'est-à-dire de véritables caveaux en pierre, toutes orientées vers le soleil levant, et toutes constituées de « spolies » des pierres de réemploi provenant ainsi que le démontrent des restes de mortiers de constructions gallo-romaines.

 

Les travaux effectués pendant le week-end pascal se révélèrent fructueux : 13 tombes et 13 squelettes ont été mis à jour. Dans certaines tombes des objets usuels ont été découvertes : boucles de ceinture, 4 couteaux dont l’un avec le reste de son étui et ses garnitures en bronze, et un pot. Ce qui est surtout  intéressant, se sont des restes de textiles provenant de vêtements

 

Les archéologues estiment que ces tombes à cistes ont été construites entre les années 650 à 800. Ils formulèrent également l’hypothèse qu’il s’agit d’une véritable nécropole. 

 

Charles REITHINGER estime que ces pierres, des moellons de calcaire mais également des morceaux de grès proviennent du « Burghof » du castel romain qui se trouvait au Sud de Rumersheim, en avant-poste de la ville  d’Uruncis, aujourd’hui Illzach. Roger SCHWEITZER est plutôt d’avis que les matériaux ont été prélevés sur place. Plusieurs tombes sont en effet engagées dans des massifs de fondations de constructions disparues remontant à l’époque augustéenne, selon lui.

Spécialiste du Haut Moyen Age, Joël SCHWEITZER date les sépultures de la fin du VII éme siècle, aux environ de 680, des Mérovingiens dit-il.

 

Les objets et des ossements sont déposés au Musée historique de Mulhouse. Les tombes quant à elles, refermées et l’agriculteur Eugène KIEFFER pouvait ainsi qu’il l’avait prévu reprendre possession de son terrain.

La découverte de cette troisième nécropole mérovingienne sur le ban de Rumersheim démontre qu’aux alentours des années 650 à 800, un peuplement très important s’était établi aux alentours de cette cité d’Hammerstatt qui n’est aujourd’hui qu’un lieu-dit dans la mémoire des hommes.

 

Charles REITHINGER a le mérite d’avoir apporté à sa localité une renommée historique de valeur sur le plan du secteur Harth-Rhin.

Il est décédé à Rumersheim le Haut le 12-6-1992 âgé de 72 ans.

 

Emile DECKER – Blodelsheim, 2008

Hormis le calvaire érigé par une famille Thuet en 1860 bien visible en bordure de la N468 entre Rumersheim-le-Haut et Blodelsheim, il subsiste un calvaire daté de 1763 bien plus à l'est (non loin de la RD52) sur l'ancien ban communal de Hammerstatt intégré au ban de Rumersheim-le-Haut après la Révolution française. il ne subsiste que peu de vestiges par ailleurs, sinon de petits trésors récupérés par des familles Rumersheimoises ou Blodelsheimoises telle cette tuile ci-dessous.

François-Joseph Thuet fut l'un derniers habitants de Hammerstatt, il y vécut les 13 premières de sa vie. Il se maria à Ottmarsheim et fut maire de ce village.
Il accueilli une trentaine de religieuses Badoises du Précieux Sang chassées de Suisse en 1848 ne sachant où se poser, non souhaitées à Blodelsheim, c'est lui et son fils François-Louis qui leur offriront l'hospitalité à Ottmarsheim et l'aide de son gendre Alois Thuet à Rumersheim-le-Haut, de 1858 à 1851.
Après trois ans de construction, le couvent Sainte-Anne d'Ottmarsheim ouvrit ses portes en 1851 grâce à la volonté de ces familles Thuet. Des religieuses occupèrent ces lieux de 1851 à 1991... puis les SJM de 1991 à 2022.

Pierre tombale de Johanes Thuet († 1786) scellée dans mur est du cimetière de Rumersheim-le-Haut par André Schutz qui fut plâtrier à Rumersheim-le-Haut.

Au XVIIIe siècle de nombreuses familles vécurent encore à Hammerstatt.  

Le document SAIREPA (SAIsie des REgistres PAroissiaux) 
proposé en 2003 par Pierre Muller de Colmar atteste de nombreuses familles à Hammerstatt de 1682 à 1755...

Une carte de 1674 représente Hammerstatt, son église dédiée à St Eloi et une cense (métairie ou ferme).
Source : "Expo sur le Rhin en 2023 au Dreiländermuseum, Lörrach"

A la même époque les tombes y furent nombreuses... avant de disparaître après l'abandon du lieu suite à l'incendie de 1796 !

Hammerstatt aura donc appartenu de 1673 à 1763 soit 90 ans à la Compagnie de Jésus. En 1763 l'Ordre des Jésuites fut dissous.
De 1765 à 1796 Hammerstatt a appartenu au Collège de Colmar. L'incendie de 1796 mettra fin à ce hameau, les habitants iront habiter à Rumersheim-le-Haut et Blodelsheim. Les pierres furent récupérées pour construirent des habitats dans les dits villages.

Dans le même temps à Ensisheim, le collège des Jésuites fut converti en Hôpital pour Mendiants comme l'atteste deux plans ci-dessous, l'un de 1628 du temps des Jésuites, l'autre daté de 1785 où le collège fut déjà converti en hôpital, qui aujourd'hui est la prison d'Ensisheim.

Pour en savoir beaucoup plus sur Hammerstatt voici le mémoire numérisé de Pierre Muller, historien de Colmar qu'il proposa en 2003.
Mémoire déposé au CRHF à Guebwiller.

Mémoire numérisé à partir de la page 46, pour les pages se rapportant à Hammerstatt.

Un père jésuite résida temporairement à Hammerstatt, à l'étage de la ferme THUET une chambre lui était réservée (voir page 105 de ce mémoire).

Pour les batailles, ce mémoire ne fait pas mention de la bataille du 26 août 1709 qui eut lieu sur le ban communal de Hammerstatt et Rumersheim-le-Haut mais aussi Chalampé pour les préparatifs de cette confrontation entre les troupes du Royaume de France de Louis XIV et celles de l'empereur d'Autriche.

Cette bataille dut sans doute déjà affecter ce village dont le nombre d'habitants dut décliner à partir du début du XVIIIe siècle.

Pour en savoir plus sur cette bataille voir un lien vers le thème : 1228 - 1525 - 1580 -1709 : conflits lointains


https://www.histoiredeblodelsheim.com/batailles-%C3%A0-proximit%C3%A9-de-blodelsheim

P.M. page 107.jpg

En complément, rajout d'articles de presse de 1985 où furent découvertes d'anciennes sépultures de Hammerstatt datées de 680 ~ par Roger Schweitzer responsable de ces fouilles archéologiques. 

Pour clôturer ce thème un lien vers un petit docu YouTube qui évoque les anciennes terres de Hammerstatt aujourd'hui...

https://www.youtube.com/watch?v=wo499dDR2xk&list=PLNVi6c0m-au-6QJkdsvEStJVcoTbNGDQR&index=5

bottom of page