top of page

Évolution de l'édifice au fil des siècles et ses vitraux

Durant des siècles l'église paroissiale fut de taille réduite et sont aspect est inconnu. Ce qui est sûr par contre, c'est qu'elle se trouva à l'emplacement actuel.

Ce dessin ci-contre en fait foi. Au XVIIe siècle elle menaçait ruine, elle fut restaurée sous le bourgmestre Wegbecher en 1731.

En 1840-1841 l'église sera agrandie sous l'abbé Joseph Philippi, curé de la paroisse afin de faire face à l'afflux de pèlerins venus du Pays de Bade qui vinrent participer à des missions tenues à leur intention. Ces missions durèrent de 1841 à 1848, ces pèlerins virent donc l'église et son clocher comme l'a dessiné l'ingénieur Laubser dont le plan est déposé aux ADHR de Colmar.

En 1985 Marie-Louise Haas dessina l'église de cette façon, le clocher doit être assez fidèle à celui de l'époque.

Au XIXe siècle la crue du Rhin de septembre 1852 affecta gravement le clocher qui menaça de s’effondrer, ce plan daté de 1856 atteste qu'il dut être soutenu par des renforts en bois !

Rapidement ce clocher sera démoli, il faudra quelques années pour le reconstruire dans son aspect actuel, le chantier fut achevé en 1864. Le coût en affecta durablement les finances municipales !

Voici une esquisse de l'église entourée de ses trois carrés A - B - C du cimetière Saint-Blaise. Le nouveau cimetière Sainte-Colombe, créé en 1996, se trouve au nord du village à ~ 250 mètres de l'église.

Édifice en quelques dates :

- 1731 : l'édifice menaça ruine, il fut restauré par la volonté de la famille Wegbecher.

- 1840-41 : l'église fut agrandie sous le curé Philippi pour faire face à l'afflux des pèlerins venus d'outre-Rhin assister aux Missions Badoises.

- 1858-59-60 : démolition du clocher fragilisé par la crue du Rhin de 1852

- 1864 : nouveau clocher

- 1945 : clocher endommagé par des tirs lors de la Libération

- 1947 : incendie du clocher

- 1949 : nouveau clocher inauguré

- 1978-79 : ravalement de façade sous le curé Miesch et le maire Robert Dehlinger


Vitraux en quelques dates :

Jusqu'au milieu du XIXe siècle : l'humble église de Blodelsheim fut équipée de vitraux ordinaires.
La famille Valentin, finança quatre beaux vitraux pour le chœur de l'église, malheureusement en 1945, lors des combats de la Libération, sous les déflagrations de bombes tombées non loin de l'église, les vitraux ne résistèrent pas et tombèrent au sol.
Un seul a pu être préservé et se trouve aujourd'hui, placé à l'ouest de l'édifice.

- février 1945 : destruction des vitraux, remplacés par des vitraux ordinaires.

- 1961-62 : sous l'impulsion de l'abbé Marcel Thomas, de nouveaux vitraux furent financés grâce à des quêtes (voir texte ci-dessous).

Ils furent installés de fin 1962 à 1963 (le grand froid de l'hiver début 1963 avait interrompu la pose).

Ces vitraux sont restaurés et nettoyés régulièrement.
 

En 1957 il fut question de nouveaux vitraux pour l'église, mais ce fut un projet onéreux, il fallut de nombreuses années de réflexions, de projets et de financement pour acquérir 17 nouveaux vitraux. Toute la communauté villageoise s'y attela...

Il fut retenu les vitraux dont le design et les couleurs furent proposés par Françoise Haas de Sierentz, conceptrice de ces vitraux. Il furent réalisés par l'entreprise "Vitraux d'Art" Kempf-Haeffelé de Logelbach.

Ils sont tous à l'image de ces deux vitraux ci-dessous, photographiés par Henri Goetz.

Ces vitraux furent donc imaginés par Françoise Haas de Sierentz, artiste multi-talent qui, en 1961-1962 fut une toute jeune artiste dans le métier. 

2014 - remise en état de certains vitraux par l'entreprise Lieby de Hagenbach.
Régulièrement la municipalité fait procéder à un nettoyage de ces vitraux.

Une nouvelle porte ouest fut posée en mars 2020 financée conjointement par la municipalité et le conseil de fabrique et différentes aides.
Elle fut bénie lors de la fête patronale de Saint-Blaise le 6 février 2022.


L'ancienne porte datant de 1860 ~ du temps de la construction du nouveau clocher, même si Émile Decker ne put le prouver cela ne fait pas l'ombre d'un doute que l'ancienne porte avait 160 ans.

Emile Decker le 10 mars 2020 photographié par Henri Goetz lors de l'installation de la porte, c'était la dernière fois qu'il vit l'église, 14 jours plus tard il fut emporté par le Covid !

 Mars 2022.

L'intérieur de l'église : hier et aujourd'hui

L'église fut agrandie par l'abbé Philippi dans les années 1840-41. Durant le XIXe siècle l'intérieur de l'église fut peu à peu enrichie d'autels latéraux, de la chaire, de mobiliers, tels les confessionnaux et vitraux (voir thème dédié) et surtout ce maître-autel, un peu plus tard en 1906, don de la famille Valentin, illustre famille du village, jadis.
Plus d'un siècle, de 1840 à 1958 l'intérieur de l'église fut vue ainsi par les paroissiens et pèlerins qui vinrent à Blodelsheim.

Avec l'orgue Silbermann, le joyau de l'église de Blodelsheim est ce maître-autel qui est un don des banquiers Valentin de Strasbourg, autel qu'ils ont dédié à leur frère Jules-Marie Valentin (pour en savoir plus sur la famille Valentin, consultez le thème dédié à cette famille sur ce site).

Extraits de la biographie de l'abbé Joseph Philippi, curé de Blodelsheim, écrite en 1894 :
"...les dévotions du mois de mai, de St. Louis de Gonzague, l'archiconfrérie de N. D. des Victoires, le tiers-ordre de saint François d'Assise furent établis peu à peu dans la paroisse".
Les anciens se rappelèrent au début des années 2000 St. Louis de Gonzague sous le vocable alsacien "Dr Àliissi". 
Dévotions aujourd'hui tombées dans l'oubli.

Ce tableau : "Adoration des 40 heures" également du temps de l'abbé Philippi se trouva dans le choeur de l'église, au-dessus de la porte de la sacristie, peut-être jusque dans les années 1950. 
En voici ci-dessous la signification...

De tout cela il ne reste aujourd'hui plus grand chose. Beaucoup fut vendu par le curé Joseph Miesch dans les années 1965-75 pour financer la rénovation de l'église.



A la fin des années 1950, un vent nouveau souffla au sein de l'Église, il fallut centrer les églises vers Dieu seul et faire place nette, se débarrasser des vieilleries !
A Blodelsheim, on eu pas de scrupules à se débarrasser de deux autels latéraux intérieurs baroques à la valeur inestimable, la chaire fut démontée et détruite aussi.

Au début des années 1960 l'intérieur de l'église de Blodelsheim fut comme le montre cette photo ci-dessous...

 

Au XIXe puis XXe siècle, dès son agrandissement, l'intérieur de l'église fut sujette à toutes les attentions. Dès que les moyens financiers le permirent, la communauté villageoise centrée sur l'église à l'époque, entreprit des travaux intérieurs, de nombreux documents l'attestent, sans même évoquer ici le clocher qui subit bien des tourments dans son histoire, entre démolition, reconstruction, incendie, spoliations, dommages de guerre (voir thème dédié sur ce site).

Voici ci-dessous, les travaux effectués sous les curés de l'après-guerre à nos jours.

De la fin des années 1960 à 1980 le curé Joseph Miesch mit tout en oeuvre pour rénover l'église de Blodelsheim.
Voici ci-dessous des modèles de circulaires qu'il adressa deux fois par an aux paroissiens de Blodelsheim. Circulaires trouvées dans les archives d'Emile Decker.

A la lecture des nombreuses circulaires adressées aux habitants de Blodelsheim de 1969 à 1980, l'abbé Joseph Miesch fit tout son possible pour restaurer l'église de Blodelsheim, ceci malgré des difficultés financières et sans doute aussi l'hostilité inhérente à ce genre d'initiative.

Le concile "Vatican II" accentua le modernisme. A Blodelsheim, des lustres, tapis, ornements liturgiques, le dais furent vendus pour financer les travaux sous le curé Miesch, les châsses du Gisant du Christ et du saint des catacombes St Anicet furent détruits.
Un chanoine mandaté par l'évêché de Strasbourg fit la tournée des paroisses et fut le grand ordonnateur de ce courant, à Blodelsheim ses directives furent suivies à la lettre, à la fin des années 1960, l'église de Blodelsheim était dépouillée, mais moderne.

Voici quelques quelques informations et dates marquantes...

Un nouveau mode de chauffage à air pulsé en 1970

Un carrelage nouveau fut posé en 1975

De nouveaux bancs et confessionnaux furent placés en 1978

La dernière grande restauration intérieure a été réalisée en 1991/93 du temps de l’abbé Landolin Mensch et la présidente de la fabrique Jeanne Thuet, ce fut une réalisation remarquable

Les deux autels latéraux extérieurs furent restaurés par Françoise Haas de Sierentz en 1994

Le maître-autel fut restauré en 2000-2001

Une chapelle fut réalisée dans la sacristie nord en 2005

Deux ambons furent réalisés en 2006 par l’Atelier Erny de Colmar

​​

De g. à d. sur la photo : curé Christophe Smoter, un restaurateur, Jeanne Thuet, présidente de la fabrique, Bernard Sitterlé et Émile Decker.

2012 - dernière évolution de l'intérieur de l'église...
Nouveau parquet d'accès au choeur et emplacement anciennes stalles, 12 nouveaux tabourets de choeur, nouvel autel des célébrants, nouveaux autels latéraux intérieurs avec deux châsses, à gauche celle du St Sépulcre et celle de St Anicet, patron secondaire, réhabilités, une statue de saint Éloi et nouvelle crédence dans le choeur.

Années 2011 à 2015

Un nouvel autel des desservants fut financé par souscription en 2011 avec l'aide de la municipalité. Autel réalisé par l'Atelier Erny de Colmar.
Un parquet fut collé sur les marches d'accès et à l'entrée du chœur et l'emplacement des anciennes stalles.
12 tabourets et une crédence furent achetés pour le chœur.
2012 : deux nouveaux autels latéraux intérieurs furent placés, issus d’un scindement de l’ancien autel des desservants par Marc Vonflie, cet autel, d’après une inscription, fut réalisé par Camille Vonflie en 1955, mais sans doute aussi par Ernest Sitterlé, président de la fabrique à l'époque. Le père capucin Joseph Sitterlé y a célébré sa première messe.
Sont placés sur ce autel scindé en deux parties : deux châsses dans lesquelles se trouvent, le Gisant du Christ, côté nord, et les reliques du saint des catacombes : St Anicet, côté sud.
2011/12 : les châsses furent réalisées par Pierre Hensel († 2020) de Sainte-Croix-en-Plaine, le gisant de St Anicet fut sculpté Jean-Pierre Conrad de Zillisheim et la contribution de Gérard Goetz de Rumersheim († 2022).

L'ensemble fut donc réalisé, quasi bénévolement, par des artisans-bienfaiteurs extérieurs au village, ils furent aidés par des paroissiens et personnes sympathisantes de Blodelsheim, sans oublier l'aide du Rotary-Club d'Ottmarsheim et la bienveillance d'Isabelle Brun-Werner de Blodelsheim. 
2013 : des anciennes statues remisées dans des placards depuis 50 ans, furent restaurées et remis en valeur à divers endroits de l'église.
2014 : une crèche de St François fut réalisée par des bénévoles de la paroisse pour abriter une crèche vivante lors de la Veillée de Noël.
2014 : une statue en bois représentant St Éloi fut sculptée par André Seiler d'Ensisheim et en a fait don à la paroisse de Blodelsheim.

2015 : une statue de St François d'Assise, cherchée par une habitante de Blodelsheim en Pologne fut placée dans les transept sud.
L'ancien baptistère fut habillé par une vasque en inox brossé réalisée par David Dubos de Blodelsheim et un couvercle-dôme réalisé par Gérard Noehringer de Roggenhouse, ces deux personnes on fait don de leur travail à la paroisse.


Toutes ces années-là plusieurs Blodelsheimois et Blodelsheimoises ont prêté main-forte dont le point d'orgue fut la fête paroissiale assez extraordinaire du 17 juin 2012, le nouvel autel fut béni par Mgr Christian Kratz, évêque auxiliaire de l'archevêché de Strasbourg invité par le curé Armand Martz en même temps que la croix des missions fut restaurée.
Les reliques du saint patron secondaire de la paroisse furent insérées dans le nouveau gisant.
Fut béni et inauguré la Place de l'abbé Joseph Philippi, curé de Blodelsheim de 1836 à 1854.
Le tout en présence des amis de Grißheim et de nombreux paroissiens.

Voici des photos de personnes qui ont servi la paroisse...

Cette photo date de Noël 2014.

La crèche des personnages fut réalisée en 2011 par Pierre Fimbel († 2020)
En plus de la crèche des personnages, une crèche de Saint-François fut montée dans la chœur de l'église pour apporter à la Veillée de Noël du 24 décembre et la crèche vivante une touche supplémentaire.
Les années suivantes, des planches remplacèrent la toile de jute au fond de cette crèche.

Mais cela, c'était avant la pandémie du coronavirus, en 2020, 2021 et 2022 cette crèche à taille humaine n'a pas été montée.

 

Chapelle qui jouxte le choeur de l'église

Elle fut réalisée en 2005 du temps de l'abbé Christophe Smoter et de la présidente du conseil de fabrique : Jeanne Thuet.

 

Juin 2023.

bottom of page